Plans sociaux : place à l’accompagnement du changement

Posted by on oct 1, 2012 in Actualité | 0 comments

Plans sociaux : place à l’accompagnement du changement

Fnac, Carrefour et encore plus récemment Arcelor Mittal, voici quelques unes des entreprises qui annoncent des plans sociaux, en promettant un accompagnement du changement. Restructuration, fermeture de site, non renouvellement de poste, voilà quelques mots que l’on peut entendre dans les médias de façon récurrente, et surtout de plus en plus souvent.
Les salariés, dans la crainte de la perte de leur emploi et surtout dans la désinformation qui peut entourer parfois des changements de stratégies, sont en colère et rejettent d’un bloc les décisions prises par leurs dirigeants, eux-même victimes de leur propre stratégie du silence.
Appelé quelque fois d’une manière plus positive ‘groupe de pilotage pour l’innovation’, l’accompagnement au changement paraît faire défaut dans les cas actuels de plans sociaux français.
Premier critère qui fait défaut dans l’accompagnement au changement : la communication. Il faut communiquer avec tous les acteurs de l’entreprise, pour leur expliquer la situation. Or beaucoup de syndicats s’insurgent du manque de communication de la part de la direction vers les salariés.
L’exemple de France Télévision est tout à fait révélateur de ce manque d’information de la part du directeur Rémy Pfimlin auprès des premières personnes concernées par la fusion entre France 2 et France 3, les salariés eux-même, préférant faire des communiqués aux médias (pour conserver une bonne image ?).
Deuxième critère pour réussir son accompagnement au changement : inviter tous les acteurs de l’entreprise à participer au projet. Se réunir pour discuter de la restructuration ou du changement dans tel ou tel service, informer mais aussi écouter, cette méthode permet de montrer que l’on prend en compte toutes les personnes qui font l’entreprise, que ce soit les employées, les chefs de service ou encore les fournisseurs et autres prestataires de services.
Faire participer l’ensemble de la structure, c’est aussi donner de la valeur à toutes ses femmes et tous ces hommes qui chaque jour travaillent pour la réussite de l’entreprise.
Les salariés de Sanofi n’ont pas eu l’impression d’avoir été invités à participer au projet de restructuration de leur entreprise qui générera entre 900 et 1500 suppressions de postes.
Même si parfois des changements dans la stratégie d’une entreprise sont nécessaires, il est primordial de penser à ceux qui ont construit jour après jour l’entreprise, et un accompagnement du changement suivi d’une proposition de formation pour leur permettre de se réinsérer au mieux dans la vie professionnelle est obligatoire.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>